En 100 mots | Critiques d'albums succinctes, pour les pressés

Un point de vue, en une centaine de mots.

Archive for novembre 2011

Florence + The Machine : « Ceremonials »

leave a comment »

Variété, qualité et même quantité : la pop éclairée de Florence + The Machine revient.

Critique Florence and The Machine ceremonialsIl n’y a aucun mal à aimer les albums de 20 pistes pleins de pop diva et d’un goût pour la grandiloquence. En sachant cela, vous n’aurez aucune honte à apprécier ce “Ceremonials”. Il est certes long, et pourtant l’album n’ennuie pas : ce qui le fait fonctionner n’est pas juste le large registre vocal de Florence, c’est le sens aïgu du dynamisme et de la variation que le groupe utilise à chaque chanson. On trouve l’esprit d’Aretha Franklin sur ‘Lover To Lover’ et, la piste suivante, nous sommes plongés dans une vision d’Arcade Fire à un autre niveau sur ‘No Light, No Light’. Malgré quelques moments de creux ici et là, l’expérience générale est en effet captivante.

Publicités

Written by Benoit Rajalu

novembre 16, 2011 at 10:27

Publié dans Critiques

Portugal. The Man : « In The Montain In The Cloud »

with one comment

Le summum de la pop psychédelique instruite vient de Wasilla, en Alaska.

critique portugal the man In The Mountain In The CloudIls s’appellent Portugal. The man et viennent de l’Alaska, amusant, non ? Peut-être pas. Cette particularité ne se retrouve pas dans une sonorité hispanique, en tout cas pas pour ce “In The Mountain In The Cloud” : tout y est on ne peut plus international. Prenez la voix du chanteur, John Baldwin Gourley. C’est un mélange parfait entre celles de Bon Iver (‘Share With Me The Sun’), Marc Bolan (‘Floating [Time Isn’t Working My Side]’) et David Bowie (‘Senseless’), mis au service d’un patchwork musical empreint de plus d’influences encore. Cela nous donne un coktail entrainant et rafraîchissant aux accents de soul, d’electro et de glam rock

Written by Benoit Rajalu

novembre 8, 2011 at 15:25

Publié dans Critiques

Noel Gallagher’s « High Flying Birds »

with 2 comments

L’ex-Oasis et héro de la Britpop des 90s revient, ses influences aussi

critique Noel Gallagher's High Flying BirdsNoel Gallagher a été le songwriter adulé de la jeunesse Britannique, pour ses paroles évocatrices et son jeu de guitare inspiré. Il l’a été au moins pour les deux premiers albums d’Oasis. 20 ans après ses fameux débuts, il enregistre fameusement en solo. Son “High Flying Birds” n’est pas une grande surprise : imaginez une bonne dose d’influence Beatles à la sauce Oasis, et un peu de la pop plastique des Dirty Pretty Things de Carl Barât. Il y a des hauts (‘The Death of You and Me’) et des bas (‘Stop the Clocks’) mais pour ceux qui veulent une bonne pop pleine de guitares rythmiques et de chant en reverb’, Gallagher vous a concocté une bonne dose de nostalgie.

Written by Benoit Rajalu

novembre 3, 2011 at 09:59

Publié dans Non classé

%d blogueurs aiment cette page :